Merci

Monologue de Daniel PENNAC

 Laissons l’auteur nous le présenter : « Un lauréat, qu’on vient de primer pour l'ensemble de son œuvre, remercie le jury et le public. Enfin, il essaie. Il n’est pas très doué pour les compliments. Disons qu’il s’interroge sur la notion de gratitude. On visite avec lui tous les territoires où sévit le remerciement : les cérémonies de ceci ou de cela, les prix, la rue, la famille, l’amitié, etc. ; il s’y perd un peu, il passe par tous les tons, s’enthousiasme, s’énerve, ironise, se lamente, se voit même contraint de fouiller son enfance, bref, transforme cette heure de gloire en un mauvais quart d’heure qu’il s’inflige à lui-même. »

Un texte décalé, pétri d’humour caustique et d’humanité, un jeu sur la polysémie du vocable « merci », quelques règlements de comptes entre l’auteur, la famille, la société… Sans compter le doute omniprésent de l'ancien cancre qui transparaît derrière le lauréat enfin reconnu. 
Une mise en scène rythmée où alternent humour et grincements de dents, rire et émotion.

 JAMAIS PLUS VOUS NE POSEREZ LE MEME REGARD SUR LES REMISES DE PRIX, DE LA PALME D’OR AUX OSCARS OU AUTRES MOLIERES…

 

 
En première partie, extraits de Chagrin d'Ecole

de Daniel PENNAC

 Souvenirs autobiographiques de D. Pennac, de son enfance de cancre à son métier de professeur et écrivain. Une introduction parfaite au discours de remerciement du lauréat...

A partir de ces deux textes, nous pouvons nous adapter à toutes les circonstances et à toutes vos exigences :

- Un spectacle complet de 1 h 20 : Chagrin d'Ecole + Merci
- La clôture d'une cérémonie de remise de prix, littéraire ou autre, avec Merci, durée 1 h
...ou toute durée à votre convenance. N'hésitez pas  nous contacter, nous adapterons ce discours à votre propre prix.

 

Extrait :

Vous avez remarqué qu’on remercie toujours beaucoup, jamais peu… « Merci beaucoup » oui, « Merci peu » non… « Merci bien » oui, « Merci moins » non… ne se dit pas…En amour en revanche on peut aimer peu, aimer moins, voire beaucoup moins… et le dire : « Je t’aime beaucoup moins »… ça, en dehors de l’intéressé, ça ne choque personne…Mais remercier « moins » ce n’est pas envisageable… On remercie toujours plus. Le problème avec la gratitude c’est qu’elle est vouée à l’inflation. Contrairement à l’amour… qui, lui, aurait plutôt tendance à…En sorte qu’on remercie de plus en plus des gens que l’on aime de moins en moins…

Notez qu’on ne peut pas non plus dire « merci » à une personne qui nous fait don de son amour… Ce ne serait pas… Hein, essayez pour voir : « Je t’aime ». « Merci beaucoup ! »… La réponse n’est pas satisfaisante…Elle devrait l’être, pourtant…« Tu m’aimes ?... Vraiment, tu m’aimes ?... Oh, merci… beaucoup !... Mon nom va enfin signifier quelque chose…Mais, non, ça ne se fait pas. Merci à tout et à n’importe quoi mais pas à l’amour…

Cette perpétuelle obligation à la gratitude, pourtant… C’est que ça commence très tôt ! Et ça part dans tous les sens : « Qu’est-ce qu’on dit ?... Merci… Merci qui, merci mon chien ?... Merci Maman !... Dis merci à Tata aussi… Merci Tata… Merci Tonton… Merci Monsieur… »Merci mon pote !... Chère Madame, merci infiniment… Veuillez agréer, Monsieur le Doyen, l’expression de ma reconnaissance la plus… Trois cents grammes bien pesés, je vous les dégraisse ? Merci oui… Non, c’est moi, merci pour la confiance… Merci d’avoir sélectionné mon appel… Mais je tiens d’abord à vous remercier pour la qualité de vos émissions… Signez ici, merci… Et ici, juste votre paraphe, merci… Voiaaaaalà, meeeeerci…

Mais non, je ne m’amuse pas ! J’en ai l’air mais… Vous ne vous rendez pas compte que je suis à leur merci… et je les connais va ils sont sans merci…Ils m’écoutent, ils me jaugent, ils me jugent… ils peuvent me remercier comme un malpropre, d’une seconde à l’autre…- Je vous remercie !...- Vous êtes remercié…

Eh oui tout est là, que peut-on attendre d’un mot aussi ambigu ? D’un verbe qui exprime un sentiment… et son exact contraire ?...